PORTES OUVERTES

Afin d'être toujours plus proche de vous, nous serons heureux de vous accueillir sur notre exploitation afin de vous faire découvrir notre nouveau cellier, nos caves et...

Lire la suite

Nos caves

Dans de nouveaux locaux modernes, très pratiques nous travaillons de la vendange (pressurage) au stockage.

LE TRAVAIL DE LA CAVE

Le pressurage

Dès leur arrivée au centre de pressurage, les raisins sont pesés et inscrits sur un registre. En Champagne, la tenue d’un carnet de pressoir est obligatoire pour identifier chaque marc (charge d’un pressoir représentant 4 000 kilos de raisins, cru par cru, cépage par cépage conservé par le vigneron ou vendue à une maison).

Le sulfitage

Dès que le jus sort du pressoir, nous procédons au sulfitage pour son pouvoir antiseptique et antioxydant.

Le débourbage

Le jus de raisin est décanté pendant 8 à 12 h dans une cuve afin qu’il s’éclaircisse pour être ensuite transvasé dans une autre cuve pour la fermentation alcoolique.

La fermentation alcoolique

Le sucre des raisins se transforme en alcool sous l’action des levures et gaz carbonique. Cette transformation dure une quinzaine de jours environ. Le suivi de la fermentation, grâce au contrôle de la température et de la masse volumique doit être réalisé quotidiennement.

La fermentation malolactique

L’acide malique est transformé en lactique d’où le nom de cette fermentation.

Le profil du vin se modifie, l’acidité est réduite. Cette fermentation dure entre 4 et 6 semaines.

La clarification

On procède à la clarification en débarrassant du vin, les particules solides grâce à la méthode de filtration kieselghur. Les vins clairs sont alors prêts pour l’assemblage selon les choix de l’élaborateur.

Un assemblage de crus, de cépages ou encore de différentes années détermine une cuvée.

Le tirage et la prise de mousse

La fermentation en bouteille est destinée à rendre le vin mousseux, d’où la dénomination « prise de mousse ».

Pour réaliser cette étape, on ajoute la « liqueur de tirage » composée de sucre et de levain.

Le vin est alors mis en bouteille. Pendant cette deuxième fermentation (6-8 semaines), les levures consomment le sucre et libèrent dans le vin : de l’alcool mais aussi du gaz carbonique. Ce même gaz qui donnera les bulles au champagne.

La maturation

A l’abri de la lumière, les bouteilles demeurent dans nos celliers (de 3 à 6 ans pour nos cuvées) à température constante (grâce à la thermorégulation) pour un bon vieillissement du vin.

Le remuage

Après une longue période de repos, il faut éliminer le dépôt qui s’est formé durant la prise de mousse. Le remuage a pour but de rassembler ce dépôt de sédiments dans le goulot de la bouteille. Pour cela la bouteille est tournée successivement à droite, à gauche et relever par une machine (gyropalette).

Le dégorgement

Le dégorgement consiste à éliminer le dépôt qui s’est concentré dans le goulot grâce au remuage. Les bouteilles tête en bas, sont plongées dans un bain de saumure très froid. Un glaçon se forme dans le col, en retient le dépôt prisonnier. On peut retourner la bouteille, la positionner sur la dégorgeuse qui enlève la capsule, avec les 6 kilos de pression contenus dans la bouteille expulse le glaçon.

Le dosage

La liqueur de dosage ou liqueur d’expédition est alors ajoutée dans la bouteille. La quantité de liqueur détermine la qualité désirée. Dans l’ordre croissant suivant la quantité de liqueur ajoutée : le brut, l’extra-dry, le sec et le demi-sec.

La bouteille peut être enfin bouchée.

L’habillage

Après 3 mois de conservation, les bouteilles sont prêtes à être habiller. Leur habillage est composée d’une coiffe, d’une collerette, d’une étiquette et d’une contre étiquette.


AccueilAccueil